•  

    Mise à jour du 06 juin :  Comme je m'en doutais, les changements continuent sur Eklablog, qui vient de se faire racheter par Webedia... ce qui a encore changé la donne pour la publicité sur les blogs de la plateforme.

     

    Une petite brève pour expliquer pourquoi des bandeaux de publicités sont apparus ici depuis le mois dernier.

    En fait, dans un premier temps Eklablog avait décidé d'imposer le "partenariat publicitaire".

     

    Le concept était sensé être positif pour les blogueurs de la plateforme, puisqu'on aurait eu droit théoriquement à un pourcentage de revenus en fonction du nombre de visites/vues par pub.

    Dans les faits, à moins d'avoir énormément de trafic, l'intérêt était assez limité, car on ne pouvait être rémunérés qu'à partir d'une certaine somme atteinte. Autant dire (très) rarement (voir jamais).

    Surtout que je ne peux ni choisir le type de pubs, ni décider de l'endroit où elles sont placées.

    (et pour précisions, elles varient aussi bien entendu selon votre propre navigation)

    Je parle au passé car Eklablog vient d'annoncer, aussi vite qu'il a été imposé, l'arrêt pur et simple du système de partenariat publicitaire... Mais pas de la publicité imposée.

    Même si l'équipe d'Eklablog a promis qu'elles ne devraient jamais être trop intrusives, ni être de nature choquante ou déplacée, au cas où, si jamais cela arrivait, vous pouvez faire une capture d'écran et leur signaler directement la pub en question.

    Et si les pubs vous dérangent vraiment dans la navigation sur le blog, n'hésitez pas à utiliser Adblock plus (via Firefox) ou tout autre bloqueur de pubs selon votre navigateur internet, c'est radical. wink2

     

    Cela étant, pour conclure, ainsi que je le disais précédemment :

    La véritable crainte est que ce nouveau système imposé soit surtout un symptôme de soucis financiers pour la plateforme. On verra donc l'évolution, j'espère que je n'aurais pas encore besoin de déménager le blog...  ;)

    Je vais rester méfiante, et probablement préparer une solution de repli sur une autre plateforme. Je vous tiendrais au courant.

     


    votre commentaire
  •  

    J'ai à nouveau été en charge des visuels des affiches pour les spectacles de la Compagnie théâtrale de l'Orbénoë.

    Le dernier en date (Les Cent Pas) aura d'ailleurs lieu ce soir !

    Le précédent (Bonne humeur et coups de plumeau) était plus tourné vers le jeune public, celui-là est davantage destiné aux adultes et ados.

     

         

    Vous pouvez retrouver ces créations d'affiches de spectacle et les précédentes dans la section dédiée sur mon site.

     

    Bel essor de Fragments d'enfances

    En parallèle, le spectacle Fragments d'enfances, qui se penche sur la douloureuse histoire souvent méconnue des enfants esclaves dans les colonies, continue sur sa lancée !

    Repéré par l'Unesco depuis l'an dernier, il a déjà été rejoué plusieurs fois depuis sa création en 2014. Une version courte a été montée pour être présentée au public scolaire (ce sera encore le cas jeudi prochain), un reportage est prévu par la chaine de télévision France O, et le spectacle est en bonne voie de pouvoir être remonté de façon identitaire en Guadeloupe, ce qui était le but initial de ce beau projet dédié à Aimé Césaire.

    Je continue donc de soutenir cette initiative engagée en m'occupant des affiches et des programmes nécessaires. ^^

     


    votre commentaire
  •  

    Si vous avez bon souvenir, au dernier festival Cidre et dragon, j'avais ramené 3 œufs de dragons, et surtout avec aussi... la recette pour en confectionner moi-même !

    Et j'ai donc profité de la période actuelle propice aux œufs, pour appliquer cette fameuse recette.

     

    Voici donc mon premier Oeuf de dragon !

    Dragon de Pâques

    Dragon de Pâques

    Il fait 10 cm de haut et compte environ 240 écailles. 

    Il a demandé plusieurs jours de travail, mais surtout parce que je me suis légèrement compliqué la tâche, en optant pour la version la plus longue de la recette, à savoir peindre les écailles une par une avant de les poser, et non en peignant tout d'un coup. Ça permet un rendu plus propre, et de jouer davantage sur les nuances, mais c'est aussi bien plus long.

     

    Alors mais cette fameuse recette me direz vous ?

    Hé bien, elle est simple, il vous faut un œuf en polystyrène, des punaises laitonnées (beaucoup), de la peinture, du vernis colle, et bien sur... beaucoup (vraiment beaucoup) de patience.

     

    Ici, j'ai utilisé une peinture assez particulière, car il ne s'agit ni plus ni moins que de... vernis à ongles !

    Je le dis souvent, j'adore détourner un peu les usages habituels, et la teinte de ces vernis étaient exactement ce que je recherchais.

    Le gros avantage des vernis, c'est qu'ils proposent des couleurs assez incroyables. Et leur semi transparence (selon les modèles) est pratique pour combiner les nuances entre les différentes teintes, en créant des effets de profondeur. De plus, c'est une peinture qui accroche bien à pas mal de supports, solide, et qui résiste à l'eau.

    Le gros inconvénient des vernis, même s'il existe des diluants, c'est que c'est une peinture peu fluide et figeant trop vite (sans sécher pour autant, donc elle reste "fragile" plusieurs minutes). Il faut donc l'appliquer dans un seul mouvement pour éviter toute trace de pinceau. Et l'application sur de grandes surfaces est donc assez impossible (si on cherche un rendu uniforme). 

    Ici, j'en ai utilisé deux, un rouge scintillant "Vino Perlato" et un violet plus foncé "Indian Violet", en jouant sur la semi transparence des couches, afin de créer un dégradé de nuances entre le bas (le plus foncé), le centre (plus clair) et le haut de l’œuf (semi foncé), et entre les écailles elles-même.

    (Le rendu réel final de l’œuf est d'ailleurs très difficile à rendre en photo, tant les nuances sont changeantes)

    Voici un exemple de ce que j'ai fait pour les écailles du bas : d'abord une couche fine d'Indian violet, puis une couche de Vino perlato :

     

    Ainsi, grâce à la transparence, le rouge obtenu était plus foncé que le Vino perlato seul.

    Et voici à quoi ressemble un œuf de dragon à la coque en cours de confection :

    J'ai passé une couche légère de peinture noire sur le polystyrène, c'est mieux comme base, car même si on serre bien les écailles, le fond peut se refléter sous les écailles (comme elles sont en métal), et ça peut gâcher un peu le rendu sur les interstices (en tout cas si on est perfectionniste).

     

    Bref, j'ai fait un œuf de dragon  ^^

     

    Et comme j'étais lancée, je me suis amusée avec d'autres vernis, et j'ai aussi peint un petit œuf fleuri (4 cm) :

     

     

     

    A retrouver dans la nouvelle section Confections sur Dendrah !


    votre commentaire
  •  

    Il y a quelques temps, une envie comme ça est venue me tourner durablement dans l'esprit, celle de redécouvrir l'usage des crayons de couleur. Que je n'avais pas pratiqué depuis très, très longtemps. 

    En effet, si j'utilise parfois les feutres ou la peinture, côté crayon, je suis fidèle depuis des années à mon classique graphite HB.

    Donc comme les idées qui trottinent en tête comme ça, mieux vaut les faire sortir, j'ai donc investi dans un joli petit groupe arc-en-ciel de 24 Faber Castell.

    Et je me suis lancée.

     

    Mon premier crash-test, un poisson arc-en-ciel :

    Crayons de couleur  Crayons de couleur

    A gauche, le scan du dessin tel quel (même si les nuances ne sont pas exactement fidèles à la réalité, notamment, en vrai, le crayon de couleur, ça BRILLE),

    A droite, le même sur lequel j'ai rajouté un peu d'ombrages et d'ambiance numériquement.

    Évidemment, grisée par l'éventail des possibilités du nuancier, mon premier essai a été non seulement de faire dans l'arc-en-ciel, mais tant qu'à pousser la difficulté, j'ai en plus choisi de faire un (grand) poisson. Avec donc pleins d'écailles. Et des dégradés dans les voiles. Mon poignet m'en a voulu un peu après coup.

    Mais c'était chouette, et je me suis bien amusée, j'ai vraiment pu pousser les tests de mélanges de couleur, de texture, d'intensité.

     

    Pour le second, j'ai vu plus modeste (tout du moins en couleurs), et j'ai fait un (ou une) jeune pégaze sur son nuage :

    Crayons de couleur

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    (Scan et rajout du fond numériquement)

    Ce qui ne ressort pas au scan, comme pour le poisson, c'est le rendu changeant des couleurs, notamment sur le bout des ailes, où je me suis amusée à estomper un léger voile de poudre de maquillage bleue iridescente (oui, j'adore détourner l'usage des produits).

     

    Voilà, d'autres suivront sans doute, même si je ne compte pas lâcher la colorisation numérique pour autant, car le mélange des techniques me plait bien.

    A retrouver en rubrique Pets & cute et Equins sur Dendrah.


    votre commentaire
  •  

    Animal légendaire de la mythologie asiatique, à mi chemin entre un cheval et un dragon, en Asie la Kirin est un peu l'équivalent de la licorne occidentale. En plus féroce.

    Techniques mixtes : crayon et feutres pour les ombrages, scan et colorisation sous Photoshop.

    Kirin

    A retrouver en section Équins de Dendrah.

     


    votre commentaire